Dieppe, le 14 juin 2021 - Alors qu’environ 1000 élèves du District scolaire francophone Sud (DSFS) obtiendront bientôt leur diplôme d’études secondaires, la communauté scolaire est invitée à rencontrer cinq anciens et anciennes du DSFS. Comme on le découvre dans leurs témoignages, leur parcours scolaire a grandement influencé leur cheminement depuis l’obtention de leur diplôme il y a quelques années seulement.

Vivre son plan A, malgré les embuches!
Samuel Saulnier, finissant 2018 de l’école Clément-Cormier de Bouctouche

Certaines personnes rêvent d’un travail de bureau, tandis que d’autres préfèrent s’orienter vers un métier pratique. Pour Samuel Saulnier, c’était évident. Il excellait dans ses cours de charpente, de mécanique et d’entrepreneuriat. En 9e année, lors d’une journée expo-carrière organisée par son école, il découvre le métier de monteur de ligne. Le voilà décidé et déterminé à vivre son plan A. Grâce à sa conseillère en orientation, madame Carole Thomas, il devient l’un des trois candidats des écoles du Nouveau-Brunswick à tenter sa chance pour devenir apprenti à Énergie NB, par l’entremise du Programme d’apprentissage jeunesse du Nouveau-Brunswick (PEJNB). Il n’est malheureusement pas choisi cette fois-ci, mais il ne baisse pas les bras pour autant et son entourage scolaire et familial non plus.

« Madame Carole Thomas a passé beaucoup de temps avec moi pour m’aider à trouver une autre option. Je me suis donc inscrit au programme d’ingénierie à l’Université de Moncton, en souhaitant éventuellement réessayer avec Énergie NB […] un an et demi après, j’ai pu commencer le processus pour être admis au cours de monteur de ligne. » – Samuel Saulnier

Plusieurs étapes ont dû être franchies avant que Samuel se classe parmi les 12 finalistes du cours. Il apprend par la suite qu’il était 3e de cette sélection. Il habite maintenant à Fredericton et remercie le personnel scolaire de l’école Clément-Cormier pour les nombreuses expériences enrichissantes qui lui ont permis de vivre son plan A jusqu’au bout.

Quand engagement scolaire devient passion
Haifa Haram, finissante 2020 du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean

Dès son arrivée à Saint-Jean, en 2017, elle décide de s’engager dans divers comités du Centre scolaire Samuel-de-Champlain, une façon qui, selon elle, lui a permis de s’intégrer plus vite et plus facilement dans sa nouvelle communauté.

Représentante des arts et de la culture au sein du conseil des élèves, elle formera par la suite son propre comité pour se consacrer entièrement aux événements culturels de son école. Haifa a fait vivre des expériences amusantes à ses pairs durant leur parcours scolaire. Elle a notamment organisé, à l’aide de son comité, l’événement des Jeux olympiques et la fête chinoise. C’est en grande partie en raison de son engagement à l’école qu’elle décide de se lancer dans le domaine de la gestion événementielle, un programme offert au campus de Saint-Andrews du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB). Un parcours qu’elle choisit à l’aide de sa conseillère en orientation, madame Nathalie Losier.

« Madame Nathalie nous a beaucoup aidés et accompagnés durant nos dernières années du secondaire. Elle organisait des rencontres individuelles avec chaque élève et aussi des événements où plusieurs universités de la région venaient discuter de leurs programmes. Madame Nathalie m’a montré les diverses options dans mon domaine d’intérêt et c’est là que j’ai opté pour le cours au CCNB à Saint-Andrews ». – Haifa Haram

La pandémie a peut-être retardé d’un an ses intentions d’aller aux études, mais elle ne mettra pas un frein à ses aspirations. Haifa gère un restaurant dans sa communauté et elle est très enthousiaste à l’idée d’étudier dans un domaine qui la passionne. Elle témoigne également de l’importance de s’engager à l’école et de participer aux diverses activités offertes dans le cadre scolaire.

Le sport : un amour constant au fil du temps
Max Mazerolle, finissant 2020 de l’école Mgr-Marcel-François-Richard de Saint-Louis-de-Kent

Athlète depuis son plus jeune âge, Max Mazerolle vient de terminer sa première année au programme de kinésiologie de l’Université de Moncton, un domaine d’études qu’il découvre au primaire lors d’une activité organisée par la conseillère en orientation de l’école.

En plus d’être étudiant à temps plein, Max est également un membre de l’équipe d’athlétisme de cette même université.

Il dit avoir été prêt à commencer ce nouveau chapitre en grande partie en raison de l’encadrement reçu par ses enseignants durant son passage au secondaire. Max se souvient très bien d’une des nombreuses notions apprises à l’école, soit de bien gérer son temps et de prioriser ses études avant le sport.

« On m’a toujours dit que j’étais un élève avant un athlète. Oui, c’est important de se dépasser comme athlète, mais pas quand ça nuit aux études, parce que sans tes études, ce n’est plus possible de faire du sport. » - Max Mazerolle

L’année prochaine, Max poursuivra ses études en kinésiologie au campus de Moncton tout étant un membre actif des aigles bleus. Il témoigne de l’importance de croire en soi et de choisir un domaine qui nous intéresse, et pour ce faire, il soutient qu’il ne faut pas avoir peur d’être curieux et d’essayer différentes choses durant ton parcours à l’école.

Découvrir sa voix grâce à l’école communautaire
Sue Duguay, finissante 2017 de l’école Carrefour Beausoleil de Miramichi

Présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) depuis 2018, Sue Duguay vient de compléter le programme de science politique de l’Université de Moncton. L’an prochain, elle entreprendra le programme Juris Doctor de cette même université.

Ayant toujours eu à cœur les droits linguistiques et ceux des minorités, elle s’engage dès un jeune âge dans divers comités de son école et de sa communauté. Issue de la région de Miramichi, Sue a passé ses années scolaires à l’école Carrefour Beausoleil.

« L’école communautaire m’a forgée comme personne. Lorsque j’étais élève, je restais après les heures d’école pour m’impliquer de quelque façon que ce soit, par l’entremise de programmes ou bien de comités. C’est certain que je ne serais pas là où j’en suis si je n’avais pas eu ces occasions d’apprentissage à mon école. » - Sue Duguay

De plus, plusieurs de ses enseignants lui ont donné le plus beau cadeau, soit de l’amener à développer son esprit critique en remettant les choses en question. Une habileté qu’elle saura sans doute bien utiliser lors de son parcours en droit.

Elle encourage les élèves à trouver la raison d’être et la passion qui les animent, et de foncer sans jamais baisser les bras.

Une découverte de soi grâce à l’engagement scolaire
Annie Desjardins, finissante 2014 de l’école L’Odyssée de Moncton

Lors de son passage à l’école secondaire, Annie était une élève fort occupée ; passant de l’improvisation au volleyball, des rencontres avec le conseil des élèves à des pratiques avec l’Harmonie et l'ensemble Jazz. Il va sans dire qu’elle était très engagée et fière de son école.

Diplômée du programme Information-communication de l’Université de Moncton, Annie est actuellement dans le processus de terminer sa thèse de maitrise de l’Université d’Ottawa en communication. En septembre prochain, elle poursuivra ses études au doctorat en étude des médias avec l’intention de devenir professeur à l’université. Ce parcours, elle le doit en partie à son école qui lui a offert une panoplie d’opportunités pour se trouver une place dans la société.

« Grâce à mon passage dans l’improvisation et à ma participation dans l’Harmonie et l'ensemble Jazz, je pense sincèrement que ç’a stimulé mon côté artistique. Mon engagement scolaire m’a vraiment aidée à me préparer aux situations concrètes de la vie. Aussi, mes enseignants ont été de grands piliers dans ma vie ; ils m’ont permis de me forger comme personne et développer mon leadership. » - Annie Desjardins

En plus de terminer sa thèse, Annie est consultante en communication dans ses temps libres. Sachant très bien qu’elle a trouvé sa passion, elle souhaite, pour les élèves du District scolaire francophone Sud (DSFS), qu'ils puissent à leur tour trouver leur passion.

-30-
Source :
Marie-Michèle Vienneau
Agente de recrutement et de communication
District scolaire francophone Sud
mariem.vienneau@nbed.nb.ca

Adresse

425, rue Champlain
Dieppe, NB
E1A 1P2

Télécopieur

(506) 856-3254

Vous avez des questions?