Introduction
Il existe un certain nombre de facteurs et de paramètres logistiques dont il faut tenir compte pour placer un arrêt d’autobus scolaire à un endroit sécuritaire. Chaque endroit est unique sur les plans de la circulation, du tracé de la route et de la topographie. Même lorsque tous ces éléments ont été pris en considération, il se peut fort bien qu’en dernière analyse, la décision de déplacer un arrêt d’autobus à un certain endroit soit laissé au bon jugement de l’agent de transport. Cependant, cette décision peut être fondée sur des concepts de sécurité connus dans l’industrie du transport scolaire qui se sont révélés très précieux pour choisir l’emplacement d’un arrêt d’autobus scolaire.

Se rendre à l’arrêt d’autobus
Les districts scolaires ne sont tenus d’aménager un couloir de protection ni entre le domicile d’un élève et l’arrêt d’autobus, ni entre le domicile et l’école dans le cas d’un élève qui n’est pas admissible au transport scolaire. Toutefois, pour répondre aux demandes des parents qui se préoccupent de la sécurité de leur enfant pendant la marche jusqu’à l’arrêt d’autobus ou l’école, les districts scolaires peuvent donner des consignes de sécurité élémentaires aux élèves. Généralement, ils peuvent compter sur la collaboration des forces de police municipales et sur la GRC pour obtenir des renseignements et de la documentation.

Distance entre les arrêts d’autobus
Il faut déterminer la distance que les élèves doivent parcourir pour se rendre aux arrêts, et les critères retenus doivent être rigoureusement respectés au sein du district. Le Règlement sur le transport des élèves (Règlement du Nouveau Brunswick 97-151) prévoit qu’un district peut assurer le transport de tous les élèves demeurant à 2,4 kilomètre au moins de l’école qu’ils fréquentent avec un maximum de deux points de ramassage par kilomètre. Autrement dit, tous les élèves admissibles aux services de transport scolaire qui habitent le long d’une route principale ne devraient pas avoir à marcher sur une distance de plus de 500 mètres pour atteindre l’arrêt d’autobus qui leur est assigné.

Fréquence des arrêts d’autobus
Il faut tenir compte d’un certain nombre de facteurs pour déterminer le nombre d’arrêts le long d’un trajet donné.

  1. La multiplication du nombre d’arrêts augmente la durée du trajet.
  2. Un nombre excessif d’arrêts et de démarrages provoques des risques d’accidents et des retards, et peut entraîner une augmentation des frais d’entretien des véhicules.
  3. De nombreux accidents d’autobus scolaires se produisent lorsque l’autobus s’arrête pour faire monter ou descendre des élèves. Ainsi, plus les arrêts sont fréquents, plus les risques d’accidents augmentent.

Caractéristiques des arrêts d’autobus scolaires
L’arrêt d’autobus scolaire doit répondre à certaines normes – tant sur le plan pratique que sur celui de la sécurité – pour protéger les élèves qui attentent l’autobus et permettre au conducteur de faire monter et descendre les passagers.

Les élèves doivent disposer de suffisamment d’espace lorsqu’ils descendent de l’autobus pour pouvoir s’éloigner à trois mètres de celui-ci et de la route, ou monter sur un trottoir. Selon cette norme, il doit également y avoir suffisamment d’espace pour que tous les élèves qui utilisent l’arrêt puissent attendre leur autobus en toute sécurité. Afin d’éviter que des élèves qui marchent à côté de l’autobus ne tombent sous ses roues arrières, les élèves doivent toujours traverser la route ou la rue en avant de l’autobus ou attendre que le véhicule scolaire ait quitté l’arrêt avant de traverser.

Visibilité et distance de freinage
Pour permettre à un autobus scolaire d’exécuter un arrêt en toute sécurité et à la circulation de réagir en conséquence, la visibilité doit être suffisante dans toutes les directions. Les conditions climatiques comme le brouillard, la pluie ou la neige ont pour effet de réduire la visibilité et de transformer des situations normales en situations dangereuses.

La distance de visibilité est la distance à laquelle un automobiliste peut apercevoir le système d’avertissement comprenant huit feux et le tiers supérieur de l’autobus. Il faut tenir compte de certaines caractéristiques comme le degré d’inclination de la route, la surface de la chaussée, la circulation de camions et la vitesse pour évaluer si un arrêt d’autobus est sûr. À l’approche de l’arrêt, le conducteur ou la conductrice de l’autobus devrait jouir d’une visibilité totale. Des élèves pourraient se dissimuler derrière des bâtiments, des arbres, des buissons et des véhicules stationnés et bondir devant l’autobus lorsqu’il approche. Si l’obstacle se trouve sur une propriété publique, vous pouvez communiquer avec la municipalité pour tenter de trouver une solution. Dans le cas d’une propriété privée, le propriétaire acceptera peut-être de collaborer si vous soulignez qu’il s’agit d’une question de sécurité.

Les automobilistes doivent disposer de suffisamment d’espace pour pouvoir réagir à l’arrêt d’un autobus et immobiliser leur véhicule sans en perdre le contrôle. Si l’on se base sur les recommandations relatives aux limites de vitesse indiquées, les automobilistes doivent avoir une visibilité de 150 m à 300 m (selon la vitesse à laquelle ils roulent) pour pouvoir réagir convenablement à la présence d’un autobus scolaire à l’arrêt. La distance de freinage réelle varie de 150 à 190 m pour les camions roulant à 90 km/h, dans des conditions idéales.

Plutôt que de tenter d’établir une distance de visibilité pour chaque vitesse, il est recommandé que la norme soit une visibilité minimale de 150 m sur les routes où la vitesse limite est de 50 km/h ou moins, et de 300 m lorsque la vitesse limite est supérieure à 50 km/h.

En plus de la distance, d’autres facteurs peuvent influer sur la capacité d’un véhicule de s’arrêter, notamment la vitesse, une pente raide, l’éblouissement ou une chaussée glissante.

Signalisation d’un arrêt d’autobus
S’il est impossible d’avoir la distance de visibilité suggérée, on peut recourir aux panneaux de signalisation approuvés par le ministère des Transports pour prévenir les automobilistes qu’ils approchent d’un arrêt d’autobus. Ces panneaux doivent servir à annoncer les endroits où les autobus qui font monter ou descendre des passagers ne sont pas visibles à moins de 150 mètres. L’utilisation de panneau « arrêt d’autobus scolaire » est uniquement réservée aux cas où les caractéristiques du terrain et le tracé de la route limitent la distance de visibilité et où il n’est pas possible de déplacer l’arrêt d’autobus à un autre endroit.

Arrêts d’autobus aux intersections
Au fil des ans, des arrêts d’autobus scolaires ont été placés à des intersections. Or, des recherches ont montré que ces emplacements posent des problèmes de sécurité. En effet, le système de feux clignotants de l’autobus scolaire n’alerte que les automobilistes qui le suivent ou qui arrivent en sens inverse. Si des élèves doivent traverser pour prendre l’une des deux voies perpendiculaires à l’autobus, les automobilistes qui s’y trouvent ne peuvent voir les feux rouges de l’autobus. De plus, si le conducteur d’autobus fait descendre des élèves avant de tourner immédiatement à droite, il pourrait frapper un élève qui vient de descendre et ne fait pas attention, car les roues arrière passent plus près du trottoir que les roues avant.

Il faut donc évaluer soigneusement la situation avant de déplacer un arrêt d’autobus à une intersection. S’il est impossible de faire autrement, il est suggéré de placer l’arrêt entre deux coins de rues ou au moins à 30 mètres de l’intersection.

Lorsque l’autobus doit tourner à une intersection avant de s’immobiliser à un arrêt, cet arrêt devrait se trouver sur la route où la circulation est la moins dense. En général, le fait de placer l’arrêt après que l’autobus a tourné offre une plus grande sécurité.

Arrêts d’autobus dans une courbe
Le tracé de la route, comme les courbes, complique le choix de l’emplacement des arrêts et nécessite une attention toute particulière. Il convient d’évaluer soigneusement ces endroits pour fournir aux élèves un niveau de sécurité des plus appropriés et éviter de faire traverser les élèves à un arrêt situé dans une courbe en raison du danger supplémentaire que cela leur fait courir. La visibilité maximale dans les deux sens est atteinte lorsque l’arrêt est placé à une extrémité de la courbe.

Le point extérieur de la courbe, qui offre aux automobilistes la plus grande visibilité, se trouverait dans la trajectoire d’un véhicule dont le conducteur aurait perdu le contrôle. Il faut donc tenir compte de ce danger relatif pour décider s’il faut déplacer ou non l’arrêt à un endroit plus sécuritaire de la route.

Arrêts d’autobus dans le somment ou la descente d’une côte
Un véhicule qui atteint le sommet d’une côte doit avoir suffisamment de temps pour réagir à la présence d’un arrêt d’autobus scolaire. Les arrêts ne doivent donc pas être placés à proximité du sommet d’une côte. Un arrêt d’autobus situé dans une descente fait courir deux dangers : le conducteur pourrait perdre le contrôle de son véhicule par mauvais temps et déraper en direction des élèves qui attendent l’autobus, ou un autre véhicule pourrait glisser et percuter l’arrière de l’autobus. Les élèves sont protégés des véhicules qui viennent par derrière par la masse de l’autobus, mais le dérapage d’un camion pourrait provoquer une catastrophe. Les véhicules qui arrivent en sens contraire disposeront d’une visibilité sur toute la pente et du temps nécessaire pour réagir. Les élèves doivent demeurer à trois mètres de la route jusqu’à ce que le chauffeur de l’autobus leur fasse signe de s’approcher.

Il faut aussi faire preuve de prudence lorsqu’on place un arrêt dans une montée. En effet, les automobilistes qui descendent la pente pourraient perdre le contrôle de leur véhicule en essayant de freiner, mais devraient pouvoir rester dans leur voie. Les véhicules qui viennent de l’arrière ne devraient pas avoir aucune difficulté à arrêter. Le principal risque posé par un arrêt dans une montée serait que l’autobus ne puisse redémarrer après s’être arrêté en pleine montée lorsque la chaussée est glacée.

Si les deux côtés de la pente présentent des risques analogues (bien que ce soit rarement le cas), la meilleure solution consisterait à placer l’arrêt dans la montée. Prenez la peine d’aller inspecter les lieux afin de déterminer quelle est la distance de visibilité à différents endroits ainsi que le type de circulation sur cette route.


determiner emplacement diagramme arret bus

Adresse

425, rue Champlain
Dieppe, NB
E1A 1P2

Télécopieur

(506) 856-3254

Vous avez des questions?